OYA

Le bateau déchire le quai

Tout chargé de mes regrets

Mon regard est dans ses flancs

Le port vient de perdre une dent.

Ma pensée en s'envolant

Ne peut renouer le passé

Avec ce grand bateau blanc

Qui vient de vous enlever.

Le vent égare vos parfums

Les mouettes ont abandonné

Dans le ciel leurs cris chagrins

Je viens de me retourner.

Oya, moi je reste encore

Mais bientôt je partirai

Quelque regard assez fort

Pourra-t-il m'accompagner.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×