Le Trou

Cloué le dos au sol au coeur de la nuit

Telle la chouette effraie aux portes des granges

Comme une tortue l'hiver dans la terre enfouie

Le petit militaire a creusé son berceau

A mesuré l'écart d'une vie dans la fange

Le pauvre militaire a creusé son tombeau

Les deux mains crispées à ce tablier de terre

Comme il se réfugiait dans celui de sa mère

Les yeux accrochés au ciel, au ciel de son lit

Son lit de boue et d'argile au filet mortel

Attention aux mouches de la tante qui bégait

Les balles de la mitrailleuse à l'accent cruel

De se mettre debout l'irrésistible envie

Comme on se lève au petit matin l'âme gaie

En rêvant qu'il fait beau et ouvrir les volets

Découvrir l'orage avant d'être foudroyé

Fauché à la fleur de l'âge, l'âge du bleuet

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site