L'épicerie

Sur le comptoir en merisier où trônaient six bocaux teutons

De verre légèrement bleuté, nous appuyions notre menton.

Le premier plein de berlingots qui parfumaient notre salive,

Déjà les suçant tout de go en révélant leurs couleurs vives.

Le suivant de fraises des bois qui rougissaient si bien la bouche

Et nous tirions autant de fois la langue avec un air farouche.

Le troisième plein de réglisses autour d'une perle en ruban

Attendant de nouveaux délices, la gomme nous collait aux dents.

Puis venaient les pâtes de fruits et les bonbons acidulés

Que l'on croque en faisant du bruit pour qu'ils soient plus vite avalés.

Le nez sur le dernier bocal nous commandions des malabars

Dont les belles décalcomanies tatouaient nos avant-bras brunis.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site