Départ

Dimanche soir, du coffre exhalent les arômes

Du Bacot en barricot, de l'oignon en tresse

Le poireau, l'ail, les pommes, dans la voiture embaument.

De la lunette arrière lentement disparaissent

Grand-père et Grand-mère qui effacent de la main

En guise d'adieu, la buée qui perle à nos yeux.

Nos souvenirs d'enfance s'égrainent en chemin

La lune immobile nous suit de son oeil curieux.

Sur la vitre froide que notre haleine a embuée

On se bagarre pour être près de la portière

Nous dessinons du doigt des bonshommes et des nuées.

Nos yeux piquent, feignent le sommeil à l'arrière

Un petit clin d'oeil à la lune à l'hallali

Se laisser porter à l'arrivée dans son lit.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site