12b Correspondance

Correspondance(s)

Stalag XIII B, A.K 3019, le 15 juin 1941

Il y a un an j'étais en marche vers La Loire et fait prisonnier ce jour même à Arpajon. Depuis ce moment là, que d'évènements se sont écoulés. En septembre ce fut le départ vers l'exil qui prendra fin Dieu sait quand! En France les lettres, malgré les difficultés, arrivaient assez fréquemment. Ici le courrier est très limité, 2 lettres et 2 cartes par mois. En tenant compte des réponses aux lettres et colis je ne peux arriver à satisfaire tout le monde. Je suis sûr que vous ne me tenez pas grief de la rareté de nouvelles.  Il faut que je vous dise également que nous ne sommes pas toujours en possession de ce papier réglementaire. Il se passe tellement de choses en un laps de temps si long...pour nous. J'ai la chance de travailler à mon métier depuis 2 mois c'est avec joie que j'ai quitté le travail de la carrière de talc auquel je n'étais point habitué. Mes employeurs sont justes pour moi. Je ne peux avoir mieux pour une vie de prisonnier.

Votre souvenir peuple ma solitude

Votre Armand

Stalag XIII B, A.K 3019, le 8 novembre 1942

Ma chère amie, j'ai reçu votre lettre du 12 oct le 4 de ce mois. Aujourd'hui dimanche dans la matinée nous avons été au cinéma où se jouait "Wiener Blut". malheureusement le dialogue étant allemand on ne pouvait pas tout comprendre. Par contre nous avons profité de la musique et des décors en abondance dans ce film. Que de regrets de n'être pas dans une salle en France et en famille!! Nous venons d'apprendre le coup de mains anglo-américain sur l'Afrique du Nord. Partout des feux s'allument pour s'éteindre quand!!- Je suis en bonne santé, le travail va bien. L'ennui se fait sentir cet après-midi pluvieux et maussade,les uns écrivent d'autres joouent aux cartes. Tout à l'heure ce sera la confection du repas du dimanche soir. Repas qui ne ressemble en rien aux autres. Il est préparé par équipes et il n'entre dans sa confection que des produits de France ( merci pour vos colis! ) Le déssert préféré est le riz au chocolat. Il arrive que l'on voit sur des tables, tenez-vous bien...du...poulet.

Ton Armand t'embrasse très affectueusement.

La Roche-sur-Yon, le mardi 5 juin 1945

Bien chère Mary,

Ne soit pas peinée si hier je n'ai pu aller à Puymaufrais, mais je n'ai pu y aller car je suis arrivé à Bournezeau dimanche matin à 10 heures. Jusqu'à midi j'ai fait des démarches à la mairie et au sujet de mes pneus chez le mécanicien. Je crois être en possession de boyaux très prochainement. Tout l'après-midi, j'ai fait des factures et rempli des feuilles qui m'ont été envoyées par le maison du prisonnier. Je ferai tout mon possible pour aller à Puymaufrais dimanche prochain. Reçois de ton Octave ses plus affectueux baisers.

Armand.

Bournezeau, le lundi 4 juin 1945

Je soussigné Avril Jules mécanicien à Bournezau certifie que la bicyclette à Mr Armand Daviet présente les traces d'un accident grave et que celui-ci est complètement hors d'usage sauf les pièces suivantes qui peuvent être récupérées : 1guidon, 1 selle, 1 chaîne, 1 roue libre. J'estime que la remise en état peut se monter à environ 3000 francs.

Jules Avril

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×